qui-conduite-accompagnee

Avec qui peut-on conduire en conduite accompagnée ?

Vous êtes jeune, vous voulez commencer votre apprentissage de conduite le plus tôt possible ? Bonne nouvelle ! Vous n’avez pas besoin d’attendre vos 18 ans pour commencer votre apprentissage. En effet, la conduite accompagnée vous permet de prendre le volant dès votre plus jeune âge.

Aidé d’un accompagnateur, vous pourrez commencer à apprendre les bases de la conduite. C’est, par ailleurs, un excellent moyen d’accélérer votre maîtrise du volant et être prêt à passer votre permis dans les meilleures conditions. Pour en savoir davantage sur la conduite accompagnée, suivez-nous attentivement, nous avons tenté de répondre à toutes les interrogations que vous pourriez vous poser.

Qui peut accompagner un jeune conducteur ?

Tout le monde ne peut pas accompagner un jeune conducteur. Pour être un accompagnateur en conduite accompagnée, vous devrez répondre à certains critères et respecter quelques conditions. Tout d’abord, il vous sera nécessaire d’avoir votre permis B valide, et cela, au moins depuis 5 ans.

Ensuite, vous devrez :

  • Obtenir le consentement de votre assureur ;
  • Faire partie du contrat d’assurance du véhicule utilisé lors de la conduite accompagnée ;
  • Figurer dans le contrat signé avec l’auto-école ;
  • N’avoir commis aucune infraction routière ;
  • Ne pas être en cause dans un cas de blessure ou d’homicide involontaires.

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire d’être un membre de la famille du conducteur pour faire de la conduite accompagnée. Néanmoins, dans la plupart des cas, c’est l’un des parents ou les deux qui s’occupent d’accompagner leur enfant. Un jeune conducteur a la possibilité d’avoir plusieurs accompagnateurs de conduite à condition qu’ils répondent à tous les critères cités précédemment.

Comment devenir accompagnateur ?

C’est une question assez fréquente, la réponse est, néanmoins, assez simple. Afin de pouvoir accompagner des jeunes conducteurs, votre nom devra être obligatoirement transmis à la compagnie qui s’occupe d’assurer le véhicule utilisé pour la conduite accompagnée.

Il faut tout de même savoir que cette compagnie est en droit de refuser votre inscription dans le contrat d’assurance si celle-ci constate que vous avez été condamné pour des infractions auparavant.

D’autre part, devenir accompagnateur, c’est également prendre conscience de votre responsabilité si une infraction venait à être commise sur la route.

Quel est le rôle d’un accompagnateur ?

Devenir accompagnateur ne signifie pas seulement porter le titre honorifique d’accompagnateur. Prendre la décision d’accompagner des jeunes conducteurs dans leurs démarches d’apprentissage représente une grande responsabilité et s’accompagne de plusieurs obligations. C’est un rôle qu’il ne faut absolument pas prendre à la légère. Si vous prenez la décision de devenir accompagnateur, vous devrez vous engager à inculquer et à respecter minutieusement le code de la route. Vous serez, par ailleurs, responsable des actes et des choix de votre apprenti. Ainsi, une transmission de réflexes erronée au futur conducteur pourrait avoir de graves conséquences. Le rôle d’un accompagnateur est donc de veiller à ce que l’apprenti assimile tous les aspects du code de la route, que ce soit la signalisation ou la limitation de vitesse.

Il devra être pédagogue et savoir transmettre ses connaissances. Par ailleurs, il devra :

  • Apprendre de manière efficace les bases de la conduite à son élève ;
  • Emprunter différents parcours ;
  • Prodiguer au jeune conducteur des recommandations durant le début de son apprentissage ;
  • Lui donner le savoir et la capacité pour devenir autonome.

Devenir accompagnateur de conduite est alors une lourde responsabilité qu’il faut être prêt à assumer. C’est une décision qui doit être mûrement réfléchie.

Quelles sont les sanctions possibles pour un accompagnateur ?

Selon la loi, l’accompagnateur n’est pas responsable si un accident provoqué par l’apprenti devait survenir. Cependant, il ne doit être en aucun cas en cause et doit être absolument irréprochable. En cas d’accident, ou lors de contrôles routiers, des tests d’alcoolémie peuvent être pratiqués sur l’accompagnateur.

Si le test est positif, l’accompagnateur se verra retirer 6 points de son permis et devra payer une amende même si ce dernier n’était pas au volant lors des faits. L’accompagnateur doit alors respecter les mêmes obligations que tout autre conducteur au volant d’une voiture.

Quel est l’âge maximum pour la conduite accompagnée ?

Il n’existe pas d’âge maximum pour faire de la conduite accompagnée. Néanmoins, pour les conducteurs ayant atteint 18 ans, la conduite supervisée sera conseillée. En effet, celle-ci est moins contraignante que la conduite accompagnée, plus adéquate aux mineurs.

Toutefois, il existe un âge minimum, au-dessus duquel la conduite accompagnée n’est pas possible. Pour commencer, pour la conduite accompagnée, le conducteur devra être âgé au minimum de 15 ans. Un apprenti n’ayant pas atteint cet âge est effectivement inapte à assimiler les bases de la conduite et représente un potentiel danger sur la route.

Pour finir, nous pouvons dire que même si la conduite est un réel coup de pouce dans l’obtention du permis, elle demeure une réelle responsabilité que tout accompagnateur devra assumer. Si vous songez à devenir accompagnateur, il faudra donc mesurer l’étendue de la tâche qui vous attend.

Retrouvez également notre article sur la possibilité de faire la conduite accompagnée en boite automatique.

About Alain Chaminaud

Amateur de voitures Youngtimer, je possède plusieurs modèles de 205 et une Golf 2 GTI. Passionné du monde automobile et de ses véhicules, j'écris et donne des conseils sur les réglementations et dernières nouveautés.